Les 10 étapes pour réussir votre emailing

Avant toute chose, prenez soin de mettre au placard tous vos préjugés sur l’emailing, il n’est définitivement pas mort. Seules les campagnes mal conçues et mal préparées connaîtront l’échec.

Aujourd’hui, jusqu’à 10% des transactions e-commerce proviennent intégralement des campagnes d’emailing. N’importe quelle entreprise désireuse de vendre sur Internet doit bien comprendre et assimiler les bonnes pratiques de l’emailing.

Simplicité de forme, rapidité d’envoi, résultats instantanés et analysables, le bon emailing est encore loin de l’extinction… Voici 10 astuces qui vous assureront efficacité et pérennité.

Le ciblage Le Ciblage

Voilà ce sur quoi toute votre campagne reposera. Commencez par vous assurer de la qualité de votre base de données : des adresses obtenues légalement, sans fautes d’orthographe, avec nom et prénom du destinataire. Bannissez d’office les bases achetées ou même… récupérées sans accord sur internet. Déjà c’est illégal, mais en plus personne ne lira un mail s’il n’a pas volontairement choisi de le recevoir.

Une fois passée cette étape, le ciblage commence vraiment. Vous devez segmenter votre base en fonction du type de contact : nouveau prospect, client actif, ancien client… On n’enverra certainement pas une newsletter de bienvenue à un ancien client comme on ne proposera pas de fidéliser quelqu’un qui n’a jamais commandé !
Ça peut paraître évident mais sachez que 51% des internautes se désabonnent car ils reçoivent des emailing non adaptés. Apprenez à connaître vos clients, leurs envies, leurs passions, leurs besoins. Une base qualifiée, des clients satisfaits.

Un email responsive Un Email Responsive

Nous sommes en 2015, le futur, c’est maintenant. Vos contacts consultent de plus en plus leurs emails sur leur smartphone. Return Path estime que 50% des mails sont ouverts sur smartphone dans le monde… une part non négligeable. C’est pourquoi il faut vous assurer que votre emailing sera facilement lisible sur les supports de poches. On parle de « responsive design ».

Un emailing responsive ne doit être ni trop long, ni trop compliqué. Si votre destinataire est obligé de scroller pendant 3 minutes en plissant les yeux pour réussir à lire des textes serrés et trop longs, vous pouvez être sûr tout ce qu’il verra sera le bouton de désabonnement…

Nos conseils pour un emailing responsive réussi :

  • Simplifiez votre email en créant des blocs ajustables
  • Supprimez des éléments en trop comme des sondages ou des éléments esthétiques
  • Ajustez vos menus
  • Évitez de juxtaposer photo et texte : placez-les l’un en dessous de l’autre
  • Rendez votre texte lisible
  • Ne cherchez pas à avoir un rendu identique à votre version Desktop
  • TESTEZ AVANT D’ENVOYER

Un objet accrocheur Un objet accrocheur

Pour l’instant, vous êtes bien parti pour réussir votre emailing. Mais le lecteur a encore le choix de l’ouvrir ou non. Pour l’y inciter, rien ne vaut un objet convainquant. C’est LE facteur d’ouverture et donc d’efficacité de votre campagne.

L’objet doit être court, accrocheur, concis. Tentez l’originalité. L’audace et la pertinence sont des facteurs clés et beaucoup de termes trop génériques sont à éviter (par ex : « gratuit », « gagnez », « promotion », « cliquez-vite ! », etc).

Autre point avant l’ouverture : le pré-header. Il doit résumer l’essentiel en une phrase. Placez l’habituelle « si ce message ne s’affiche pas correctement, cliquez ici » après car ce sera la première phrase que verra votre destinataire dans l’aperçu de ses mails.

Une structure cohérente Une structure cohérente

Nous y voilà, votre email est ouvert. Mais tout n’es pas encore gagné. Il est temps de parler du plus important, sa structure :

  • L’entête : la fameuse phrase de proposition de copie web, le logo de votre entreprise, une accroche
  • Le corps : le sujet principal y est abordé, avec l’information essentielle en avant. Équilibrez les textes et les images (environ 50/50) et n’en faites pas trop.
  • Des liens utiles, personnalisés mais pas trop nombreux et des landing pages adaptées
  • Vos contacts téléphoniques, mail et postaux, cliquables pour gagner du temps notamment sur smartphone
  • Des boutons de partage sur les réseaux sociaux
  • Des éléments de réassurance
  • Le lien de désabonnement obligatoire

Nous reviendrons sur certains points dans le détail.

Un contenu qualitatif Un contenu qualitatif

Votre emailing doit avoir un objectif clair que vous devez suivre coûte que coûte. Essayez de mettre en valeur votre sujet, une promotion, une offre spéciale. Organisez et hiérarchisez votre newsletter en fonction de l’importance des informations. Chaque élément doit être placé de manière réfléchie, on ne laisse pas de place au hasard ; tout dépendra de votre sujet !

En amont, il aura fallu préparer le sujet bien à l’avance. Ne rédigez pas votre email au dernier moment, cela se verra ! De plus, préparer un planning vous permettra de rendre cohérents et réguliers les envois.

Call to action « Call to action »

Le « call to action », c’est cette injonction engageante que vous devez impérativement placer sur une image, une bannière ou un bouton contenant un lien direct qui mènera au produit que vous souhaitez vendre. Les termes doivent inviter le lecteur à interagir avec votre entreprise. On retrouve souvent « Je m’abonne », « Je découvre », « J’en profite », « Télécharger l’appli »… Ils permettent de rendre évident un lien et d’inciter par un verbe d’action à cliquer.

Des landing pages dédiées Des landing pages dédiées

Lorsque le client cliquera sur un lien, il est toujours préférable qu’il soit redirigé vers une landing page l’accueillant chaleureusement sur votre site et lui indiquant clairement la démarche à suivre pour qu’il atterrisse au bon endroit. Dans l’idéal, créez une landing page dédiée à chaque nouvelle campagne.

La réassurance La réassurance

N’oubliez pas votre objectif : vendre. Pour qu’un internaute achète sur votre site, il lui faut être sûr qu’il ne va pas se faire avoir. Vous devez gagner sa confiance à tout prix pour qu’il aille au bout de la transaction. On parle de réassurance : ajoutez à votre newsletter des phrases comme « satisfait ou remboursé », des indicateurs d’authenticité comme un label, des avis positifs, assurez l’internaute de la sécurisation des transactions sur votre site, proposez-lui de l’aide avec un formulaire de contact ou un numéro direct… Soyez bienveillant, rassurez-le au maximum !

Le lien social Le lien social

Les réseaux sociaux ne mettront pas fin à l’emailing… bien au contraire ! Leurs bienfaits peuvent être capitaux pour certains business. Si vous les jugez indispensables pour votre entreprise, ajoutez des boutons redirigeant vers vos pages Facebook, Twitter, Youtube, Pinterest, Instagram… en fonction des réseaux qui vous sont utiles et en fonction de la cible de votre campagne. Cette technique a plusieurs avantages :

  • Convertir des contacts email en fans
  • Favoriser la viralité de vos campagnes grâce au partage
  • Animer votre communauté et assurer une image moderne
  • Atteindre de nouvelles cibles et faire connaître votre marque

Le désabonnement Le … Désabonnement

On ne vous le souhaite pas, mais on vous informe tout de même : il est primordial d’ajouter un lien de désabonnement au bas de votre emailing. Il ne doit ni être trop visible, ni caché ! Ne pas trouver le lien de désabonnement peut vous conduire à être signalé comme que SPAM par l’utilisateur et à salir votre image.

Pour conclure cet article, nous n’aurons de cesse de vous inciter à TESTER votre newsletter avant d’envoyer. Faites un split-test si besoin pour comparer deux versions d’un emailing et vérifiez quel est le plus efficace. N’oubliez pas qu’une fois que c’est envoyé, c’est trop tard !

Source