Vos emails cryptés et protégés avec ProtonMail

En ce moment, la sécurité ainsi que la vie privée sur internet sont les sujets de discussion principaux, notamment depuis la découverte que Google espionne votre frappe lorsque vous écrivez des emails sur Gmail (à des fins commerciales, certes, mais tout de même). Facebook lit également vos conversations afin de vous proposer des publicités. Mais où peut-on donc encore discuter sans être lu ?

security-01

Un groupe de personne a créé la société ProtonMail basée à Genève, financée en partie grâce au financement participatif. Leur but est de proposer un service d’email crypté de bout en bout : les disques des serveurs sont cryptés, les emails, personne à part vous et votre destinataire ne possède les clés de décryptage, aucune information personnelle n’est conservée ni lue, le cryptage AES-256 OpenPGP est utilisé, du SSL, des messages auto-destructibles… Le parfait mélange pour enfin communiquer à l’abri des regards indiscrets. Et tout cela gratuitement.

Voici comment fonctionne ProtonMail :

ProtonMail3 3

Vous disposez d’une interface relativement classique de webmail pour composer, répondre (etc) à vos messages.

ProtonMail4

Voici un exemple de ce que vous recevrez sur Outlook de la part de ProtonMail. A noter que la pièce jointe envoyée est directement accessible même si son acheminement est crypté. ProtonMail vous invite à voir le message sécurisé et vous informe de sa date d’expiration si vous en avez déterminé une. Idem pour le mot de passe, vous pouvez en donner une indication affichée ici. En cliquant sur « voir le message sécurisé », vous arrivez ici :

ProtonMail1

Vous entrez le mot de passe et accédez à l’email auquel vous pouvez répondre de manière cryptée sans créer de compte (et ça, c’est top !)

ProtonMail2 2

Pour conclure, ProtonMail est une très bonne initiative prise par nos compatriotes afin de garder un peu de vie privée sur la toile. Et puis, juste de se dire que nos emails sont « NSA-proof », c’est sympa non ? :)

>>> Lien vers ProtonMail <<<

Nicolas Millot – Elaia